le Chaudron d’Or 

PIÈCE ADAPTÉE DU ROMAN DE JAMES STEPHENS

 

Sur fond de philosophes, de lutins, de dieux païens, de policiers, ce récit nous fait passer des ténèbres à la lumière tout en évoquant les questions fondamentales de la vie: pour un avant-goût, cliquez ici Le premier aperçu du Chaudron d’Or
La musique de Glen Hansard!

 

Direction artistique : Paddy Hayter, Vincent Gracieux
Adaptation du texte : Vincent Gracieux
Vincent Gracieux : Philosophe
Paddy Hayter : Philosophe, Meehawl, Le Femme grasse et avenante, Brigadier
June McGrane : la Maigre, Caitilin, Leprechaun
Zoe Hayter : Brigitte, Leprechaun
Henri Alexandre : Seumas, Jeune garçon, Leprechaun
Haris Haka Resic : Angus Og, Shawn, Leprechaun
Tony Wadham : la Grise, Pan, La Vieille Dame, Gendarme, Leprechaun
Glen Hansard : Leprechaun
Maire Saaritsa: Leprechaun
Musique : Glen Hansard et Footsbarn Théâtre
Scénographie, Masques, Accessoires : Fredericka Hayter
Images : Sophie Lascelles
Costumes : Pascaline Riccardi
Création lumière : Jean Grison
Régie lumière : Jules Harrap
Régie plateau : Léo Laforet

 

Biographie de James Stephens

James Stephens est né à Dublin en 1882 et décédé en 1950 à Londres. Son père est décédé alors que James n’était qu’un enfant et sa mère l’a abandonné à l’âge de six ans, bien qu’il ne l’ait jamais blamé de l’avoir fait. Il a vécu dans la rue pendant un certain temps après avoir fui l’école. Il est devenu écrivain et c’est le succès de son roman comique Le Chaudron d’Or (1913), qui lui a permis de vivre et d’écrire à temps plein à Paris pendant quelques années.

 

Synopsis du Chaudron d’or

Que feriez-vous si vous réalisiez soudainement que vous saviez tout ce qui vaut la peine d’être connu? Comment, déplacez les meubles hors de votre chemin et faites des girations de derviches  jusqu’à votre mort, bien sûr. Ainsi commence The Crock of Gold, une histoire magique située au centre d’une pinède irlandaise appelée Coilla Doraca. Ici vivent deux philosophes très érudits. Ils ont chacun une femme et un enfant: Brigid et Seumas, tous deux nés le même jour.

Lorsque le premier philosophe se meurt, sa femme lui emboite le pas, même s’il lui faut beaucoup plus de temps pour mourir, car elle est beaucoup plus coriace. La femme du second philosophe envoie les enfants au lit, enterre les deux corps sous la pierre angulaire et cajole son mari pour le sortir de la transe dans laquelle il est tombé.

Meehawl O Murrachu, un voisin qui a perdu sa planche à laver, lui rend visite le lendemain et, sachant à quel point le philosophe est clairvoyant, il lui demande où il pourrait être. Le philosophe lui informe que les lutins ont pris la planche à laver pour se venger du chat de Meehawl qui a tué un rouge-gorge – l’oiseau sacré des farfadets. Le philosophe lui dit qu’il devrait se rendre à un endroit particulier dans un champ rocheux et regarder dans un trou. Meehawl  suit ses conseils et découvre que c’est là que les leprechauns ont caché leur pot d’or. Meehawl vole l’or et le garde pour lui-même.

Cela agace profondément les lutins qui se vengent en enlevant les deux enfants, Brigid et Seumas, mais ils les rendent après avoir été intimidés par la Thin Woman, la femme du philosophe.

Probablement à la demande des lutins, un étranger aux jambes de chèvre qui joue de la musique érotique sur sa flute attire Caitilin, la belle fille de Meehawl, ce qui fait que Meehawl demande à nouveau l’aide du philosophe, qui identifie l’étranger comme le dieu Pan. Le philosophe entreprend un long voyage pour demander à Pan de libérer Caitilin, mais Pan refuse de le faire.

Le philosophe décide de se rendre au domicile du dieu celtique, Angus Óg, pour lui demander son aide dans le sauvetage de Caitilin. Il se lance dans des aventures tout au long de son parcours et rencontre une variété de personnages. S’éloigner de son style de vie absorbé devient moins égoïste et plus rempli d’amour et d’une meilleure personne.

Angus Óg, en découvrant la belle Caitilin, la prend pour lui, ce qui ne lui déplaît pas.

Le philosophe est alors accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis – celui de l’autre philosophe et de sa femme qui celle de l’autre philosophe et de sa femme qui s’évaporèrent. Il s’avère que les lutins ont informé la police de l’endroit où les corps pourraient être retrouvés – sous la pierre angulaire – dans l’espoir de se venger du philosophe en le condamnant à mort.

Le philosophe est arrêté et conduit en ville pour y être jugé, où il sera pendu s’il est reconnu coupable. Sa femme, la femme mince, implore l’aide de Angus Óg. Il convoque tous les dieux celtes et féeriques d’Irlande et ils réussissent à sortir le philosophe de la prison. L’histoire se termine en chants et en dance dans une immense célébration de la vie.